Romans/Thriller/Tous les romans

Pas un mot de Brad Parks

pas_un_mot_brad_parks

« Je me rappelai comment, quand nous avions ramené les jumeaux de la maternité à la maison, les premiers jours, Alison et moi nous glissions dans leur chambre pour les regarder respirer. La paranoïa des jeunes parents : nous voulions être sûrs que tout allait bien. »

Pas un mot de Brad Parks, présentation de l’éditeur :

Le juge Scott Sampson s’apprête à aller chercher ses enfants à l’école. Et à plonger en plein cauchemar. Il reçoit un message anodin de sa femme adorée, Alison : elle ira récupérer les jumeaux pour les emmener chez le médecin. Alison rentre à la maison. Seule. Elle n’a jamais envoyé ce texto. Le téléphone sonne. Les enfants ont été enlevés. Les ravisseurs n’exigent pas de rançon, mais des verdicts sur commande : si le juge n’obéit pas à leurs demandes, les petits le payeront très cher. Et évidemment : « Pas un mot ! » C’est le début d’un calvaire où chantage, mensonge et paranoïa feront vivre l’enfer à ces parents prêts à tout pour récupérer leurs enfants, quels que soient les dangers, les sacrifices et les compromissions.

Mon avis sur Pas un mot de Brad Parks

Ce roman était le tout premier dans ma PAL du Cold Winter Challenge, je l’ai choisi car j’avais beaucoup aimé « La fille d’avant », un thriller aussi publié par les Editions Mazarine. Pas un mot m’a surprise, je m’attendais à un livre qu’on dévore en une nuit avec un suspense insoutenable et au final, ce roman tient plus du polar complexe et bien ficelé que du « page-turner ».

pas_un_mot_brad_parksMême si l’enlèvement des enfants arrive au tout début du roman, il faut passer les cent premières pages pour qu’une réelle tension se mette en placePas un mot est un polar-pavé (504 pages, quand même !) avec comme enjeu central un procès entre une multinationale de l’industrie pharmaceutique et un chercheur individuel. Autour de ce procès gravitent politiques, financiers et journalistes, tous ayant peut-être intérêt à favoriser un verdict plutôt qu’un autre.

Pas un mot détaille le rôle du juge aux Etats-Unis et met en lumière les éventuels conflits d’interêt entre les différentes sphères du pouvoir. L’intrigue est parfois un peu ralentie par les nombreux détails juridiques et la multiplication des personnages, mais on finit par être happé par l’histoire et par vouloir savoir à tout prix qui est suffisamment cynique pour kidnapper deux enfants en bas âge en échange d’un verdict.  

L’intrigue est ingénieuse, on ne voit pas la fin venir. L’histoire, bien construite, réserve un bon nombre de retournements et de rebondissements inattendus. Plutôt rare dans ce genre de roman et sans rien dévoiler, j’ai trouvé la fin non seulement surprenante, mais surtout émouvante.

En bref, un polar dense et intelligent qui ne tombe jamais dans la facilité. Pas un mot m’a beaucoup plu et plaira sûrement  à tous les amateurs d’intrigues juridico-financières un peu complexes.

je veux le lire

Ma note : 5 sur 6 – J’ai beaucoup aimé

Pour discuter en pyjama abonne-toi à la newsletter

ou retrouve-moi sur

 Facebook / Instagram / TwitterYoutube 

Pour en savoir plus sur Brad Parks, vous pouvez aller faire un tour sur sa page Wikipedia.
Titre : Pas un mot
Auteur : Brad Parks
Date de parution : 11 octobre 2017
Langue d’origine : anglais (USA)
Pays d’origine : USA
Éditeur : Mazarine/Fayard
Nb de pages : 508 pages
Prix papier : 23€
Publicités

Vous en pensez quoi ? Dites-moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s