Autres romans/Développement personnel/Tous les romans

Libérées de Titiou Lecoq

 

« De toute façon, la Femme telle qu’on me la présentait partout m’était totalement inaccessible. Plus ou me la montrait, plus je me disais que, personnellement, je devais être une loutre.. »

Libérées de Titiou Lecoq présentation de l’éditeur :

Un jour, je me suis demandée : pourquoi est-ce moi qui ramasse les affaires qui traînent ? Je n’ai trouvé qu’une seule réponse. Parce que je suis une femme qui vit avec un homme et deux enfants et que, conséquemment, les corvées, c’est pour ma gueule.
Être une femme, ce n’est pas seulement l’idéal de minceur et de cheveux qui brillent, c’est le souci permanent des autres et du foyer, c’est être sans cesse ramenée à la saleté, aux taches, à la morve. L’égalité serait déjà là, mais les femmes conservent la conviction intérieure qu’elles doivent s’occuper de tout et tout le monde, et d’elles en dernier, s’il reste cinq minutes à la fin de leur triple journée.
Cette féminisation de la sphère privée implique une autre conséquence : l’espace public est toujours masculin. Peut-on se dire égaux quand la moitié de la population adapte ses vêtements en fonction des transports et fait attention à ne pas être seule la nuit dans la rue ? Et si le combat féministe devait encore et toujours se jouer dans la vie quotidienne de chacune et chacun, chez soi, dans sa propre maison, devant le panier de linge sale ?

Mon avis sur Libérées de Titiou Lecoq

Dans cette période où dès qu’il y a une fille dans un livre ou un film, on s’empresse pour des raisons purement marketing de dire qu’il est féministe, ça fait du bien de lire un livre vraiment féministe.

Titiou Lecoq part de la constatation que la chaussette qui traîne à côté du panier à linge sale et qu’elle ramasse par réflexe, pourrait rester des semaines au même endroit si elle ne s’occupait pas de la mettre au sale. Pourquoi ? Avec humour, elle s’interroge sur les raisons qui font que la simple vision de cette chaussette l’agresse alors que son compagnon (à qui la chaussette appartient), ne la voit même pas.

Les statistiques le montrent : la tenue du foyer reste en très grande partie assuré par les femmes, qu’elles travaillent ou pas. Libérées est un essai passionnant, documenté et argumenté par de nombreux chiffres et études qui démontrent qu’en dépit des progrès sur les droits des femmes, les femmes d’aujourd’hui sont toujours programmées pour voir et ramasser la chaussette qui traîne par terre, à tenir le foyer, à s’occuper des autres (et notamment des enfants) avant de s’occuper d’elles-mêmes ou de leur carrière.

L’auteure illustre son propos de chiffres et de faits historiques qui donnent un éclairage passionnant sur les raisons d’une telle situation, des écoles de ménagères financées par les entreprises paternalistes du début du siècle à la dictature des réseaux sociaux, en passant par les jouets sexués ou l’impact de la mixité de l’école sur ce conditionnement, sans oublier la responsabilité des femmes elles-mêmes dans cet état de fait.

Cet essai plein d’humour à l’écriture fluide se lit facilement, presque comme un roman. Une lecture agréable mais surtout très utile pour les filles comme pour les garçons. 

je veux le lire

Ma note : 6 sur 6 (Coup de foudre)

Pour discuter en pyjama abonne-toi à la newsletter

ou retrouve-moi sur

 Facebook / Instagram / TwitterYoutube 

Pour en savoir plus sur Titiou Lecoq, vous pouvez aller faire un tour sur son blog ou sa page Wikipedia.
Titre original : Libérées
Auteur : Titiou Lecoq
Première date de parution : 4 octobre 2017
Langue d’origine : français
Pays d’origine : France
Éditeur original : Fayard
Nb de pages : 260 pages
Prix papier : 17€
Publicités

Une réflexion sur “Libérées de Titiou Lecoq

Vous en pensez quoi ? Dites-moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s