Romans/Romans littérature générale/Tous les romans

Petit Pays (mais grand roman) de Gaël Faye

Couverture poche Petit Pays Gael Faye« Je pensais être exilé de mon pays. En revenant sur les traces de mon passé, j’ai compris que je l’étais de mon enfance. Ce qui me paraît bien plus cruel encore. »

Petit pays, présentation de l’éditeur :

En 1992, Gabriel, dix ans, vit au Burundi avec son père français, entrepreneur, sa mère rwandaise et sa petite sœur, Ana, dans un confortable quartier d’expatriés. Gabriel passe le plus clair de son temps avec ses copains, une joyeuse bande occupée à faire les quatre cents coups. Un quotidien paisible, une enfance douce qui vont se disloquer en même temps que ce « petit pays » d’Afrique brutalement malmené par l’Histoire. Gabriel  voit avec inquiétude ses parents se séparer, puis la guerre civile se profiler, suivie du drame rwandais. Le quartier est bouleversé. Par vagues successives, la violence l’envahit, l’imprègne, et tout bascule. Gabriel se croyait un enfant, il va se découvrir métis, Tutsi, Français…

Mon avis sur Petit pays

« Petit pays » est l’histoire  d’une enfance protégée au Burundi avant la guerre. Gabriel, fils d’un ressortissant français et d’une mère Rwandaise coule des jours heureux avec ses copains du quartier, fils d’expatriés, d’ambassadeurs ou de ressortissants étrangers. La guerre va sonner le glas de l’enfance dorée de Gabriel et de ses amis.

Ce que j’ai aimé dans ce livre, (sans doute lié à mon amour de la littérature jeunesse, même si « Petit pays » est clairement un roman adulte), c’est que l’histoire est racontée à travers les yeux d’un enfant. La première partie du roman ne traite pas de la guerre, même si elle est présente à travers les mentions du génocide au Rwanda, mais bien de l’enfance. « Petit pays » est un beau roman, très nostalgique sur la fin de l’enfance. Gaël Faye nous transmet parfaitement son amour du pays qui a bercé sa jeunesse. Il y a beaucoup de douceur dans la première partie et une retranscription remarquable de l’atmosphère et des lieux ainsi qu’une belle galerie de personnages, étrangers ou locaux qui ont peuplé l’enfance de Gabriel et qu’il se rappelle avec mélancolie. Les événements sont ceux qu’on pourrait trouver dans n’importe quel récit d’adolescence (dispute et séparation des parents, mensonges entre copains, arrivée d’un nouveau membre dans la bande etc.). Certains passages (comme l’échange épistolaire avec la correspondante française) prêtent même à sourire.

La guerre, d’abord au Rwanda puis au Burundi fait peu à peu irruption dans cette bulle hors du temps. C’est cette deuxième partie que j’ai préférée. Sans tenter d’analyser, de décortiquer ou de juger ce qui s’est passé, Gaël Faye arrive à nous faire sentir au creux du ventre la violence de la guerre dans tout ce qu’elle a d’incompréhensible, d’absurde et de destructeur.

Un livre mélancolique  qui se lit très vite (224 pages), émouvant et surtout très bien écrit. À lire si vous aimez les livres qui dépaysent, qui parlent de la réalité, à éviter si la triste condition du monde vous déprime. 

je veux le lire

Ma note : 5 sur 6

Pour discuter en pyjama abonne-toi à la newsletter

ou retrouve-moi sur

 Facebook / Instagram / TwitterYoutube 

Pour en savoir plus sur Gaël Faye, vous pouvez aller faire un tour sur sa page Wikipedia.
Je parle aussi de « Petit pays » dans ma vidéo « 4 livres pour oublier que c’est la rentrée », à voir par ici.
Titre original : Petit Pays
Auteur : Gaël Faye
Première date de parution : 24 août 2016
Langue d’origine : français
Pays d’origine : France
Éditeur original : Grasset / Le livre de poche
Nb de pages : 224 pages
Prix papier : 7,10€

 

Publicités

Vous en pensez quoi ? Dites-moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s