Romans/Romans classiques/Romans littérature générale/Tous les romans

La servante écarlate de Margaret Atwood


« Notre fonction est la reproduction : nous ne sommes pas des concubines, des geishas ni des courtisanes. Au contraire : tout a été fait pour nous éliminer de ces catégories. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n’est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets, nulle faveur particulière ne doit être extorquée par des cajoleries, ni de part ni d’autre ; l’amour ne doit trouver aucune prise. Nous sommes des utérus à deux pattes, un point c’est tout : vases sacrés, calices ambulants. »

Présentation par l’éditeur :

Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred,  » servante écarlate  » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. Paru pour la première fois en 1985, La Servante écarlate s’est vendu à des millions d’exemplaires à travers le monde. Devenu un classique de la littérature anglophone, ce roman, qui n’est pas sans évoquer le 1984 de George Orwell, décrit un quotidien glaçant qui n’a jamais semblé aussi proche, nous rappelant combien fragiles sont nos libertés. La série adaptée de ce chef-d’oeuvre de Margaret Atwood, avec Elisabeth Moss dans le rôle principal, a été unanimement saluée par la critique.

Mon avis :

Ces derniers temps, je n’arrêtais pas de voir des articles sur La Servante écarlate, la série produite par HULU qui vient de sortir. Pour tout dire, du fait de mon inculture crasse, je ne savais même pas qu’il s’agissait d’un roman avant d’être une série. Bref, le pitch alléchant et la bande-annonce (cf. ci-dessous) ont fait que j’ai enchaîné les deux premiers épisodes avant de me rendre compte avec horreur que les suivants n’étaient pas encore disponibles… Après m’être arrachée quelques cheveux de désarroi, j’ai réalisé qu’il y avait un moyen tout simple de connaître la suite : lire le livre.

Je crois que c’est un livre important. Il n’est pas parfait, l’histoire souffre de quelques manques, qui laisse un peu le lecteur sur sa faim. La fin est volontairement abrupte et ouverte et le récit contient des trous dû au format « journal » dont on comprend la provenance dans le dernier chapitre. Cela dit, je n’ai pas le souvenir qu’un roman m’ait jamais autant effrayée. C’est le genre d’histoire qui perturbe, qui fait réfléchir. La servante écarlate parle à merveille de la restriction progressive des libertés faite au nom de la sécurité, des droits qu’on réduit petit à petit, au nom de l’utilité publique ou de la religion. Bref, des sujets étrangement actuels pour un livre écrit dans les années 1980.

C’est un livre profondément féministe, qui aborde beaucoup de sujets sans avoir forcément l’air d’y toucher comme celui du slut-shaming, de l’avortement, du viol, la considération du corps des femmes, trop souvent envisagé comme appartenant à la société. Un livre qui dénonce aussi le plus terrible des sexismes, celui de la Tante Lydia du roman : le sexisme de certaines femmes contre d’autres femmes, élément indispensable au maintien de tant de sociétés patriarcales rétrogrades à travers le monde.

En bref, une bonne claque qui nous fait comprendre qu’il ne faut pas baisser la garde, car nos habitudes, nos croyances, nos acquis peuvent revenir en arrière, par petites touches inoffensives en apparence, mais dangereuses sur le long terme.

« L’ordinaire, disait Tante Lydia, c’est ce à quoi vous êtes habituées. Ceci peut ne pas vous paraître ordinaire maintenant, mais cela le deviendra après un temps. »

Je vous le recommande, pour une fois, pas pour le côté romanesque un peu faible à mon goût mais pour la philosophie du texte et son caractère engagé qui nous fait comprendre que, contrairement à d’autres femmes dans le monde, nous avons bien de la chance d’être née dans un pays libre et laïque et qu’on n’est jamais tout à fait à l’abri d’un retour en arrière. 

« Comment pouvions nous savoir que nous étions heureux ? »

je veux le lire

Ma note : 5 sur 6 (coup de coeur)

 La bande-annonce de la série

Je n’ai vu que les deux premiers épisodes, mais j’ai l’impression que c’est très proche du livre dont des passages sont d’ailleurs lus tels quels par la voix off.

Titre original : The Handmaid’s Tale
Auteur : Margaret Atwood
Première date de parution : 1985
Langue d’origine : anglais
Pays d’origine : Canada
Éditeur original : Robert Laffont
Nb de pages : 544 pages
Prix papier :11,50€
Publicités

5 réflexions sur “La servante écarlate de Margaret Atwood

Vous en pensez quoi ? Dites-moi tout !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s